Il faut de tout pour faire un monde !

IL FAUT DE TOUT POUR FAIRE UN MONDE, fête du vivre ensemble est un spectacle en plein air, tout public, d’une durée d’une heure quinze, porté par la Cie Jean et Faustin.

Avec « Il faut de tout pour faire un monde », nous voulons inviter le spectateur à appréhender avec humour et humilité la question essentielle du vivre ensemble. Nous faisons le constat de nos vies rapides et parfois cloisonnées où nous ne prenons pas assez, voir pas du tout, le temps de vivre ensemble. Notre spectacle veut interpeller les gens à l’échelle d’un village ou d’un quartier et notre attention se portera particulièrement sur la dimension participative du public. Nous souhaitons, de façon décalée, interroger l’humain sur son potentiel à vivre ensemble, sa volonté de faire société, sa possibilité d’être uni dans la diversité.

A travers ce projet, la Cie Jean et Faustin affirme sa ligne artistique : une écriture burlesque portée par des personnages très proches de leur public, (comme dans la précédente création « Chaque chose en son temps »), mais cette fois-ci, en chantier d’écriture collective, sous la forme du trio. La nouveauté de ce projet, outre la dimension plus collective, est aussi l’exploration d’une écriture pour le plein air, pour la rue. Nous souhaitons toucher à travers ce projet de création un public encore plus large, plus populaire, tant rural que citadin ou péri-urbain.

 

A l’issue d’un premier chantier de recherche sur le plateau, nous avons opté pour la forme d’une « fête » et avons commencé à dessiner nos personnages : nous aimerions que le spectacle soit annoncé comme une fête et que le public soit « spect-acteurs » de cette fête.

Nos personnages se profilent vers trois conseillers, abandonnés par le reste de l’équipe municipale le jour J, qui, tant bien que mal vont assurer la fête : Heureusement, il y aura le public pour leur prêter main forte : Serait-ce l’élan collectif nécessaire pour réussir à vivre ensemble ?

Le trio burlesque sera central dans le spectacle. Notre travail s’appuie sur la recherche du personnage : c’est à travers son humanité, ses petites maladresses, ses absurdes obsessions et ses émotions incontrôlées que nous souhaitons parler du monde. La dramaturgie sera au service des personnages, c’est pourquoi nous pouvons affirmer que nous sommes des « clowns-auteurs ». Les trois personnages du spectacle n’ont jamais organisé de « soirée du vivre ensemble », ils s’initient, en même temps que le public, à ce challenge. Ils sont généreux de leurs doutes, de leurs prétentions, et profondément convaincus qu’ils vont y arriver.

D’un point de vue de la scénographie, nous souhaitons favoriser la proximité des échanges avec le public. Nous aimerions construire un gradin quasi circulaire qui englobe les acteurs dans le cercle des spectateurs. La scénographie devra permettre à la fois une posture « fixe » du public, mais aussi des moments de mobilité de celui-ci.